Protection du Busard cendré

Posté le par

La surveillance des Busards cendrés a été initiée il y a environ 25 ans par la Ligue de Protection des Oiseaux Mission Rapaces. La surveillance des Busards cendrés est particulièrement complexe. En effet, alors que la plupart des rapaces nichent en hauteur (arbres, falaises), les busards ont pour spécificité de nicher au sol, chaque année à un endroit différent, qu’il faut à chaque fois rechercher ! De plus, la disparition de leurs milieux d’origine (prairies herbeuses et marécageuses) conduit ces rapaces à nicher dans les champs de céréales. La moisson devient alors la menace principale des busards. Certains poussins, encore incapables de s’envoler lors des fauches, sont happés par les engins agricoles, sans aucun moyen d’en réchapper. Leur seule survie dépend donc de la collaboration entre les agriculteurs gestionnaires des parcelles où nichent les busards et les observateurs bénévoles qui identifient et localisent l’espèce. Alors que certains bénévoles connaissent l’espèce et les méthodes de préservation, certains ont besoin d’être formés.

L’action de protection des busards cendrés consiste à :

  • repérer les couples dans les cultures,
  • en informer les agriculteurs,
  • avec leur accord, localiser les nids à l’intérieur des champs pour mettre en place une mesure de protection adaptée en fonction des besoins. Les systèmes de protection sont des cages de 2 mètres sur 2 mètres qui sont posées autour des nids et qui protègent les jeunes à la fois des prédateurs et des engins agricoles.

 La survie des populations « céréalières » de busards dépend entièrement des actions de surveillance. Globalement, en France, ce sont 450 à 900 couples de busards cendrés qui sont suivis chaque année. Le tiers des envols pour une moyenne de deux poussins par an et par couple est dû aux actions de protection conjointe agriculteurs volontaires / bénévoles.

En Lorraine le CPIE de Meuse est une structure importante dans la protection du Busard cendré. Il s’occupe (en lien avec la ligue de la protection des oiseaux) du plan régional d’action sur cette espèce. Ce sont entre 70 et 100 couples qui nichent chaque année en Lorraine et dont une grande partie est protégée par les bénévoles et salariés des différentes associations de protection de la nature.

Cette opération est soutenue financièrement par : Le territoire est très important et le nombre de bénévoles désirant s’investir trop peu nombreux…

Le Busard cendré a besoin de vous !!

  • Pour participer à la construction de cages,
  • Pour prospecter des secteurs prédéfinis afin de localiser l’espèce,
  • Pour poser les cages de protection des nids.

Dans le cadre de cette action de protection, les espèces ne sont ni manipulées, ni transportées. Ainsi, aucune autorisation de capture ni de certificat de capacité ne sont nécessaires.

Si des oiseaux sont trouvés blessés, les salariés et / ou les bénévoles contactent le centre de sauvegarde (Centre de soins de la faune sauvage de Lorraine, CSFL) dont les membres sont détenteurs des autorisations et certificats règlementaires. Le CSFL se charge ensuite de réintroduire l’espèce par taquet.